California

 

david-rybak-no-turning-back-1200

david rybak california planche 2

david rybak see you in helldavid rybak remember me David Rybak Remember me detail 2 David Rybak Remember me detail 1

david rybak hopelessCalifornia
Suite de six sérigraphies, nombre de couleurs variable
60/80cm
2015-2016

Cette suite californienne (série toujours en cours) peut se voir aussi bien comme un hommage à Ed Ruscha, artiste dont j’ai découvert avec fascination le travail en 2006 à l’occasion de l’exposition L.A. au centre Pompidou, que comme l’expression d’une fascination morbide pour le déclin annoncé de notre civilisation occidentale. Sur des paysages d’une Californie rêvée viennent s’incruster des proposition qui mettent en doute les idéaux et la réalité d’un American Dream qui a contaminé nos imaginaires…

« La polysémie se resserre à nouveau dans la série suivante, California (2015), qui est une forme de retour à ses papiers collés. On y retrouve ses slogans paradoxaux (Buy one, get one), constats d’échec lapidaires (There’s no turning back), bouteilles à la mer sentimentales (Remember me), greffés ici sur une imagerie d’une Californie fantasmée. Le numérique aidant à gommer les coutures, le texte ne vient plus se superposer au réel, mais se fond dans un paysage déjà bavard : enseignes, placards et frontons géants, lettres monumentales.
Ces signaux spectaculaires, devenus clichés moribonds de la culture américaine, semblent ranimés par une colorimétrie saturée et l’électrochoc du mauvais esprit de l’artiste. »
Paul Calori, dans son texte d’introduction à l’exposition Back when Famous

David Rybak 

Pour partager